La race Charmoise fut créée entre 1838 et 1852 par l’ancien chimiste devenu agronome en herbe, Edouard Malingié, dans son domaine du Loir-et-Cher justement prénommé … « La Charmoise ».

Elle fut le résultat de savants croisements entre races rustiques et bouchères françaises (Berrichon du Cher, Tourangeau, Solognote, Mérinos) et de métissages avec des béliers de race anglaise New-Kent.

De couleur blanche aux muqueuses rosées, la brebis Charmoise est trapue, de petit gabarit mais large et lourde, aux formes très arrondies, elle mérite largement sa place dans la liste des races bouchères.

PhotoRACE

Ses qualités d’élevage en font également une race rustique par excellence, adaptée aux conditions difficiles sur des pâtures pauvres qu’elle valorise mieux qu’aucune autre race bouchère.

photo-rusticité2

 

photo-facilté-agnelage

Sa facilité d’agnelage (agneaux nés petits)

est également une caractéristique de la

race très plébiscitée par les éleveurs ovins

qui l’utilisent en croisement … en

particulier pour leurs agnelles.

 

Peu prolifique, son aptitude naturelle au

désaisonnement (une lutte en avril-mai pour un

agnelage d’automne) lui permet quand même 

de produire au final 3 agneaux en 2 ans.

photo-dessaisonnement

                                                                                     

En conclusion, la brebis Charmoise offre un mode de conduite très économique en matière de coût de production (charges réduites) et de main d’œuvre (interventions limitées). Moins exigeante en alimentation par exemple, elle permet alors à l’éleveur d’accroître son chargement à l’hectare : au pâturage, 2 brebis de race grand format peuvent être aisément remplacées par 3 brebis Charmoises.  De plus, une brebis Charmoise au pâturage n’a pas nécessairement besoin d’être complémentée après agnelage pour allaiter correctement son agneau, le tout étant de caler les agnelages sur les périodes de pousses de l’herbe. De même, les agneaux de race Charmoise destinés à la boucherie peuvent présenter une excellente qualité d’engraissement au pâturage strict.

photo-brebis-herbe2 photo-agnx-herbe

                                                                            

Ainsi, la race Charmoise permet de dégager une marge au moins équivalente à celle des ateliers ovins intensifs … une petite révolution dans le système d’élevage ovin traditionnellement orienté vers les races prolifiques et la conduite en bergerie !

La race Charmoise offre donc une solution alternative de conduite d’élevage permettant peut-être à la production ovine nationale de ne pas poursuivre son déclin.

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données